Nouvelles

Les vieux modèles sont morts!

C’est la fin du B2B et du B2C. Pourquoi? Les clients ont pris le contrôle de la relation; nous devons nous adapter à ce nouveau modèle d’affaires, ou sinon, devenir des dinosaures corporatifs!

C'est la fin du B2B et du B2C. Pourquoi ? Les clients ont pris le contrôle de la relation ; nous devons nous adapter à ce nouveau modèle d'affaires, ou sinon, devenir des dinosaures corporatifs !


Voilà, aujourd'hui ce sont les clients qui possèdent le pouvoir. C'est la naissance du : C2C. Le client peut par un simple clic influencer 1 million de personnes réparties un peu partout à travers le monde ! Selon le Dr Paul Marsden, dans 92% des cas, les recommandations de l'entourage sont considérées comme la source la plus fiable dans nos habitudes d'achat. L'information est disponible n'importe où, au seul toucher de votre téléphone intelligent. Impossible de se cacher comme entreprise et d'ignorer la plainte d'un client insatisfait. Car, si une entreprise n'est pas honnête et transparente, le client lui fera payer cher! Donc, il est important d'ajuster nos modèles d'affaires afin de créer des expériences H2H (humain à humain) dans un monde numérique, où les liens humains ont souvent donné place à des expériences informatisées, non personnalisées et aucunement adaptées à la personne qui se trouve devant nous.


Nous devons mettre en place le MOI2B qui consiste à créer des expériences MAGIQUES et PERSONNALISÉES, selon les attentes de nos clients. Il faut savoir utiliser ce qui saura les émerveiller et créer chez eux un effet mémorable et positif! Nous devons apprendre à offrir à nos clients des expériences personnalisées dans une philosophie humaine ou le client va se sentir apprécié. Le client est ROI. Et le ROI exige de choisir, d'être connu et reconnu, d'être valorisé, et d'être surpris selon ce qu'il aime. Il exige surtout d'avoir la perception que nous sommes attentifs à l'écoute de ses besoins. Voilà comment le C2C (client à client) fera son travail. Un exemple de ce qui définit bien le pouvoir du C2C positif : Patti Labelle et la SWEET POTATO PIE. Cette femme décide de commercialiser la « SWEET POTATO PIE ». Elle ne connaissait pas le succès espéré jusqu'à ce qu'un garçon ordinaire, James Wright, décide de goûter à une de ses tartes tout en se filmant avec son téléphone intelligent. Sa réaction spontanée et l'humour dont il fait montre lors de la dégustation de la « SWEET POTATO PIE » enflamment les médias sociaux, et bang!... 3 000 0000 de vues et les ventes explosent! Les gens s'arrachent le produit et plusieurs distributeurs tombent en rupture de stock. Incroyable, n'est-ce pas? Le C2C a changé pour toujours la relation avec nos clients. Voilà pourquoi, Steven Cannon, PDG de Mercedes-Benz, a déclaré ceci : L'expérience client et employé doit être tout en haut de votre liste quand il s'agit de définir les priorités de votre organisation. L'expérience client est le nouveau MARKETING.


Comme l'a écrit Jacques-Antoine Granjon : les clients sont propriétaires de la relation et déterminent à quel moment ils choisissent d'interagir avec l'entreprise.

Publié le 14/02/17 par David Larose

 

Soyons prêt à les accueillir, la génération Z fait son entrée
sur le marché du travail. Voici un bref aperçu de qui ils sont
et de leurs attentes professionnelles.
Âgés de 22 ans et moins, les Z n’ont pour la plupart pas
encore accédé au marché du travail. Ils seraient étudiants,
employés à temps partiel et encore peu actifs sur le plan
économique. En revanche, ils représentent déjà près de
20 % de la population québécoise.
Considérant que cette génération formera près 20 % de la
masse salariale d’ici 2020, devenant ainsi la deuxième plus
importante après les baby-boomers, l’importance de cerner
leurs besoins devient urgente. Qui est-elle et comment se
différencie-t-elle de son homologue aîné, la si souvent
décriée génération Y ? Portrait en 10 points clés de cette
nouvelle vague de travailleurs résolument ancrés dans les
nouvelles technologies.
1. Technologies
Ces travailleurs n’ont jamais connu le monde sans Internet
et leur téléphone a presque toujours été intelligent.
Facebook, Snapchat et Twitter font partie intégrante de leur
vie. D’ailleurs, 43 % d’entre eux souhaitent que les
technologies soient intégrées à leur milieu de travail et
refuseraient un emploi qui interdit leur utilisation.
2. Reconnaissance instantanée
Puisque les Z sont justement habitués à l’instantanéité des
médias sociaux, leur tolérance à l’égard de l’attente serait
plus faible. En ce qui concerne la rétroaction au travail, ils
préfèrent largement la recevoir au fur et à mesure plutôt que
lors d’une rencontre planifiée à cet effet; alors que 25 %
d’entre eux s’attendent à recevoir de la rétroaction sur une

Dernières nouvelles

Communiquer avec nous

Nous pouvons vous aider à développer la puissance de vos communications

Nous joindre